Podcast RATURES #11

Fabrice BRIANCON est l’invité de ce onzième épisode de RATURES. Il nous raconte avec force enthousiasme son long parcours méta-créatif avant le saut vers la grande aventure de l’entrepreneuriat. Aujourd’hui, le DA propose des créations Just Amazing qui inventent des univers singuliers, colorés et sans logo !

Écoutez l’épisode 11

Mesure pour mesure (théâtre)

En partenariat avec ruedutheatre

Déplacement express dans le centre-ville baroque de Arras pour découvrir une adaptation de « Mesure pour mesure », de Shakespeare. Mis en scène par Arnaud ANCKAERT, dont l’on avait apprécié le travail, notamment pour le festival de lectures contemporaines, Prise Directe, co-crée au côté de Capucine LANGE. Jusqu’à ce point de rupture.

Découvrez ma critique

Podcast RATURES #10

Frédéric AGID est invité au micro de RATURES pour parler de son parcours de publicitaire inspiré, avant un retournement de situation. Celui de devenir, presque du jour au lendemain, un artiste-tatouer. Il se confie avec un humour grinçant et une grande générosité. D’ailleurs, ce n’est que la première partie de la discussion. Une autre suivra d’ici peu.

Écoutez l’épisode 10

Podcast RATURES #9

Jordan PILLET, l’office manager du REMIX Coworking, m’a fait le plaisir de se confier au micro de RATURES pour me parler d’un parcours d’une richesse étonnante, plein de ratures nécessaires.

Écoutez l’épisode 9

Breaking the waves (adaptation théâtrale)

En partenariat avec ruedutheatre

Grand prix du Jury, BREAKING THE WAVES défraya la chronique quand il fut présenté pour la première fois en 1996 à Cannes. Le film de Lars Von Trier subjugua autant qu’il fut détesté, ne laissant personne indifférent. En même temps, comment le rester face à une femme qui se sacrifie par amour au point d’aller donner son corps au tout venant ? Le Grand théâtre du Luxembourg propose une adaptation fidèle de ce drame danois à travers le regard engagé de Myriam MULLER.

Découvrez ma critique

Paradoxal (théâtre)

En partenariat avec ruedutheatre

Deuxième spectacle vu au théâtre de Belleville en moins d’une semaine. Un record, mais surtout un régal ! Après « Qui va garder les enfants » sur les femmes en politique, nous voici embarqués dans un délire onirique porté par un texte d’une grande qualité et un interprète envoûtant.

Découvrez ma critique