Ratures #14

Pour son treizième épisode, RATURES a accueilli Aurélien PONCINI, un flic devenu expert en solutions d’hébergement de données. Parcours complexe, passionnant, juché de renoncement et de choix, d’opportunités et de limites. Il nous confie ses ratures avec un grand sens de l’honneur et de l’engagement.

Écoutez l’épisode 14

L’amour en toutes lettres (théâtre)

En partenariat avec ruedutheatre

L’amour, sous ses formes les plus nues, les plus culpabilisées, les plus vraies, actuellement au Théâtre de Belleville. À travers les mots d’inconnu.e.s qui ont eu le courage de confier leur vie domestique à cet abbé Viollet – rédempteur autant que punisseur. Une idée de Didier Ruiz, mise en voix par dix comédien.e.s.

Découvrez ma critique

Du bruit et de fureur (théâtre)

En partenariat avec ruedutheatre

20 ans après, c’est toujours le même frisson. NTM a le secret pour faire vibrer nos âmes, même quand ils ne sont plus là. Hélène Soulié les fait revivre sur la scène de l’Agora près de Montpellier, à travers le récit d’une fan. Une chronique rap d’autant plus réussie qu’elle est trans-temporelle. La vie se répète, même deux décennies plus tard.

Découvrez ma critique

An Irish Story

En partenariat avec ruedutheatre

Ce que nous avons vécu ce jour-là d’avril 2019 sur la scène du Théâtre de Belleville n’arrive que tous les dix ans. Un coup de foudre, un coup au cœur, une révélation : Kelly Rivière dans « An Irish Story ». Une enquête franco-irlandaise qui part sur les traces d’un grand-père disparu. Pudique, élégant, frissonnant.

Découvrez ma critique

Ratures #13

Pour son treizième épisode, RATURES a eu le plaisir d’accueillir au micro Marielle Lieber-Claire, consultante et coach en communication Storytelling. Avec un doux enthousiasme, elle nous a parlé de ses premières ratures professionnelles, de sa longue carrière de comédienne de théâtre et du métier qui est aujourd’hui le sien.

Écoutez l’épisode 13

Célébration (théâtre)

En partenariat avec ruedutheatre

Voir du Harold Pinter un dimanche en matinée, c’est comme voyager dans le temps. Ou, pour être plus précise, voyager dans l’absurdité de notre existence. Critique d’une adaptation réussie de « Célébration », de Harold Pinter, actuellement au – décidément très inspiré – Théâtre de Belleville.

Découvrez ma critique